www.nettime.org
Nettime mailing list archives

[nettime-fr] Contribution à la gloire des enchaînements
|Tout-Terrain| on Mon, 4 Aug 2003 12:33:09 +0200 (CEST)


[Date Prev] [Date Next] [Thread Prev] [Thread Next] [Date Index] [Thread Index]

[nettime-fr] Contribution à la gloire des enchaînements


oui, Charles, un discours déjà converse (scande et poétise) à moins qu'il ne 
tombe à plat et par une telle chute entendons qu'il en va d'un puit, un fond 
possible, des retombées incertaines, une utilité future compromise dès 
maintenant - la contribution arrête un peu le débat histoire de le poursuivre 
chaque fois qu'une intervention compromet comme un champ
selon que l'introspection ce jour-là soit portée vers l'extérieur
ou que ses élans prétextent quelques blessures narcissiques et dans un verbe 
si peu blessé qu'ils attirent et semblent vouloir attirer autant d'attention

"Qu'on ne s'étonne plus qu'un laquais, un pied-plat,
De sa vieille mandille achète un marquisat."
(Regnard, "Le Joueur", Acte V, sc. 5, v. 1671-1672)

En dépit de tout souci d'articulation, à défaut de recentrer la finalité 
supposée, cela sera bien sûr exactement descriptif comme il faut pour 
continuer ce qu'il doit y avoir là-dedans, par un nouveau début se joue le 
passage mesuré, limpide forcément rabiboche d'une proximité imaginée par tout 
ce qui veut solliciter de la redondance : pour biboche bien dramée, il suffit 
du facteur par lequel ça s'égale en volume, ne rivalise pas en intensité, de 
la sorte, ça repasse du pompeux au pompeux le planplan est le bon témoin d'un 
réseau corpulent qui ne peut jamais mieux tomber, sinon plus tard encore, mais 
comme l'incertitude toujours est-elle bien la raison de sa pertinence, le 
conducteur bien couillu veut toujours changer le régime pour bien admettre les 
tendances nouvelles, tant est si bien, le sens de sa circonspection résolue.

Ainsi calme le jeu / Mais le continue / Et assez le change / Ou :
ça se suit si bien / ça fait éclater / L'un comme l'autre / Avant
comme après ' l'intensification fonctionne comme une prise d'indépendance
La vraie cassure faisant ce qu'elle peut pour la résonnance allant d'elle-même 
jamais ne risque de jurer ' avec elle-même ' produit une espèce d'unité, ne 
serait-ce qu'en vigueur, il finit toujours par rester quelque chose, en 
l'occurence, par défaut, un répit inutile, suranné, reluisant et déjà mieux,

"Du prodige ébloui mon oeil ne s'ose croire ;
L'esprit flotte suspen en chose si notoire ;"
(Hardy, "Lucrèce", Acte II, v. 313-314)

la fantaisie rétro-active peut toujours déplorer une modulation demeure 
jouable tant que rugueuse peut encore donner le nouveau ton, revenir au 
précédent le plus qui soit doux faut-il casser un minimum pour qu'une autre 
référence soit possible : le suivi de l'émotion même affirme l'unité d'un 
propos plus ultime toujours plus dans la discontinuité de la teneur qui donne 
envie de poursuivre légitime, très, autre que : limpide ! le retour à l'ordre 
sonné pour austère travaille d'une singularité la suivante sans question visée 
la suite appelle une similitude et pour ce faire une sobriété, une douceur ou 
sa violence mélancolique, car il faut revenir de loin pour entendre comme cela 
se suit autrement coloré, autrement typé et pareillement teinté de la manière 
aussi tardive, au besoin de son plus manifeste répondant peut bien calmer le 
jeu, le reposer pour le reformater, ça se poursuit tout simplement

comme cela vient de loin, cela vient de n'importe où, cela viendrait comme une 
agression, cela pourrait aussi venir comme un amusement, car cela est proche 
qui vient de loin est tout de même bien drôle tant la sympathie n'attend pas 
que ce soit épatant pour relever son renfort en tenue vers une espèce de 
radicalité, un dépouillement, une vraie continuité, ça allège bien ce qui suit 
ne l'intensifie par sa légèreté curieuse et tellement fascinante ne saurait 
choquer, change de toute façon l'atmosphère jouant comme une déviance apporte 
un nouveau temps pour le temps plus présent encore rien n'arrivant qu'une 
baisse de régime très portée pour tout le bien de ce qui peut encore arriver

"Leur repentir accroît leur zèle, et mon espoir ;
Mes fers par eux brisés leur montrent leur pouvoir,"
(La Fosse, "Manlius Capitolinus", Acte I, sc. 1, v. 35-36)

La robustesse des gros pieds, leur sens défensif admirable et dodu, ne saurait 
supporter faconde trop légère tant est si bien complétée, ça distille 
alambiqué et saoûle du mieux toujours possible plus ça va demande d'autant 
plus navré ce dont la soif corpulente et cogne là bien où coagule contre le 
débit pour trop assimilé toujours affectueusement mais rigoureusement et la 
faveur d'une précision appelle la pleine justesse : Mais : le problème est 
qu'il y a toujours plus grave, et que justice se fera alors pourquoi faudrait-
il que justice se fasse dans le sens inverse des grandes piques centripètes ?

S'il suffit de le dire
c'est bien trop peu de le dire
Ce qu'on voudrait croire
est si rarement plus que ce qu'on croit
Ce qui se conçoit bien Fait du bien
à entendre C'est encore moitié suspect
L'approximation ne va bien
qu'avec un tas de compléments
La ferveur qui vous illumine
n'est pas sensée se froisser d'un rien

( |Tout-Terrain| Copyright 2003 David Christoffel )
Contributions hyper-archivées sur 
http://www.criticalsecret.com/davidchristoffel
 
 
< n e t t i m e - f r >
 
Liste francophone de politique, art et culture liés au Net  
Annonces et filtrage collectif de textes.
 
<>  Informations sur la liste : http://nettime.samizdat.net
<>  Archive complèves de la listes : http://amsterdam.nettime.org
<>   Votre abonnement : http://listes.samizdat.net/wws/info/nettime-fr
<>  Contact humain : nettime-fr-owner {AT} samizdat.net