www.nettime.org
Nettime mailing list archives

[Nettime-ro] paul coelho ia pozitie impotriva razboiului din irak
noroc bun on Tue, 25 Mar 2003 17:45:23 +0100 (CET)


[Date Prev] [Date Next] [Thread Prev] [Thread Next] [Date Index] [Thread Index]

[Nettime-ro] paul coelho ia pozitie impotriva razboiului din irak


 

Mii de multumiri, domnule presedinte Bush , de Paul Coelho

 

Articol din Le Monde, 17 Martie 2003

http://www.lemonde.fr/article/0,5987,3232--313207-,00.html

 

Va multumesc, maret conducator. Multumesc, George W. Bush. Va multumesc ca ne-ati aratat tuturor pericolul pe care il reprezinta Saddam Hussein.  Multi dintre noi au uitat poate ca a folosit arme chimice impotriva poporului sau, impotriva kurzilor, impotriva iranienilor. Hussein este un dictator sangeros, una dintre cele mai clare manifestari ale Raului din zilele noastre.

Dar am alte motive sa va multumesc. In decursul primelor doua luni ale anului 2003, ati stiut sa aratati lumii multe lucruri importante, si pentru aceasta meritati recunostinta mea.

Astfel, amintindu-mi de o poezie pe care am invatat-o cand eram copil, va spun multumesc.

Multumesc ca ati aratat tuturor ca poporul turc si parlamentul sau nu se vind, nici macar pentru 26 de miliarde de dolari.

Multumesc ca ati descoperit lumii abisul imens care exista intre deciziile guvernantilor si dorintele poporului. Ca ati demonstrat cu claritate ca José Maria Aznar ca si Tony Blair nu au nici un fel de respect pentru vocile care i-au ales si nu tin deloc cont de ele. Aznar  este capabil sa ignore ca 90 %  dintre spanioli se opun razboiului, si Blair nu ia in sema deloc cea mai mare manifestatie publica din Anglia ultimilor treizeci de ani.

Multumesc ca perseverenta dumneavoastra l-a fortat pe Tony Blair sa se prezinte in fata Parlamentului britanic cu un dosar fals, scris de un student in urma cu zece ani si prezentat ca “probe irefutabile primite de la serviciile secrete britanice”.

Multumesc ca ati facut in asa fel incat Colin Powell a devenit ridicol prezentatnd Consiliului de securitate ONU fotografii care, o saptamana mai tarziu, au fost contestate public de Hans Blix, inspectorul responsabil de dezarmarea Irakului.

Multumesc ca pozitia dumneavoastra a oferit ministrului francez de externe Dominique de Villepin ocazia, in timpul discursul impotriva razboiului, onoarea de a fi aplaudat la scena deschisa, lucru care, din cate stiu eu, s-a mai intamplat doar o data in istoria Natiunilor Unite, cu ocazia unui discurs a lui Nelson Mandela.

Multumesc pentru ca gratie eforturilor dumneavoastra in favoarea razboiului, pentru prima data natiunile arabe, de obicei despartite, au condamant in unanimitate o invazie, cu ocazia intalnirii de la la Cairo, in ultima saptamana a lunii februarie.

Multumesc ca datorita  retoricii voastre care afirma ca “ONU avea o sansa sa isi demonstreze importanta sa”, chiar si tarile cele mai refractare au adoptat in final o pozitie impotriva unui atac al Irakului.

Multumesc pentru politica voastra exterioara care l-a facut pe ministrul britanic de externe, Jack Straw, sa afirme in plin secol XXI ca “un razboi poate avea justificari morale”, pierzandu-si astfel toata credibilitatea.

Multumesc pentru incercarea de a diviza o Europa care lupta pentru unificarea sa; acest avertisment nu va fi ignorat.

Multumesc ca ati reusit ceea ce putini oameni au reusit intr-un secol: sa adunati milioane de persoane, de pe toate continentele, care lupta pentru aceasi idee - chiar daca aceasta este opusa celei a dumneavoastra.

Multumesc ca ne-ati facut din nou sa simtim ca cuvintele noastre, chiar daca nu sunt ascultate, sunt cel putin pronuntate. Aceasta ne va da o forta mare in viitor.

Multumesc ca ne-ati ignorat, ca i-ati marginalizat pe toti cei care au luat o pozitie impotriva deciziei dumneavoastra, caci viitorul Planetei apartine celor exclusi.

Multumesc pentru ca fara dumneavoastra nu ne-am fi cunoscut capacitatea de mobilizare. Poate nu foloseste la nimic astazi, dar va fi cu siguranta utila mai tarziu.

Acum ca tobele razboiului par a suna ireversibil, as vrea sa amintesc cuvintele pe care un rege european le adresa altadata unui atacator: “Fie ca dimineata sa va fie frumoasa, ca soarele sa straluceasca pe armurile sodatilor vostri - caci in aceasta dupa amiaza va voi deruta.”

Multumesc ca ne-ati permis tuturor, armate de anonimi care ne plimbam pe strazi incercand sa oprim in zadar un proces ireversibil, sa descoperim ce este senzatia de neputinta, sa invatam sa o infruntam si sa o transformam.

Profitati asadar de dimineata dumneavoastra, si de ceea ce v-ar mai putea aduce inca glorie.

Multumesc ca nu ne-ati ascultat si ca nu ne-ati luat in serios. Stiti bine ca noi va ascultam si ca nu va uitam propunerile.

Multumesc, maret conducator George W. Bush

Multumesc mult.

Paulo Coelho este scriitor.

Traduit du portugais (Brésil) par Françoise Marchand Sauvagnargues

© Paul Coelho

 

Varianta in franceza:

POINT DE VUE
Mille mercis, président Bush, par Paulo Coelho
Lundi 17 mars 2003
(LE MONDE)


Merci à vous, grand dirigeant. Merci, George W. Bush. Merci de montrer à tous le danger que représente Saddam Hussein. Nombre d'entre nous avaient peut-être oublié qu'il avait utilisé des armes chimiques contre son peuple, contre les Kurdes, contre les Iraniens. Hussein est un dictateur sanguinaire, l'une des expressions les plus manifestes du Mal aujourd'hui.
Mais j'ai d'autres raisons de vous remercier. Au cours des deux premiers mois de l'année 2003, vous avez su montrer au monde beaucoup de choses importantes, et pour cela vous méritez ma reconnaissance.
Ainsi, me rappelant un poème que j'ai appris enfant, je veux vous dire merci.
Merci de montrer à tous que le peuple turc et son Parlement ne se vendent pas, même pour 26 milliards de dollars.
Merci de révéler au monde le gigantesque abîme qui existe entre les décisions des gouvernants et les désirs du peuple. De faire apparaître clairement que José Maria Aznar comme Tony Blair n'ont aucun respect pour les voix qui les ont élus et n'en tiennent aucun compte. Aznar est capable d'ignorer que 90 % des Espagnols sont opposés à la guerre, et Blair ne fait aucun cas de la plus grande manifestation publique de ces trente dernières années en Angleterre.
Merci, car votre persévérance a forcé Tony Blair à se rendre au Parlement britannique avec un dossier truqué, rédigé par un étudiant il y a dix ans, et à le présenter comme "des preuves irréfutables recueillies par les services secrets britanniques".
Merci d'avoir fait en sorte que Colin Powell s'expose au ridicule en présentant au Conseil de sécurité de l'ONU des photos qui, une semaine plus tard, ont été publiquement contestées par Hans Blix, l'inspecteur responsable du désarmement de l'Irak.
Merci, car votre position a valu au ministre français des affaires étrangères Dominique de Villepin, prononçant son discours contre la guerre, l'honneur d'être applaudi en séance plénière – ce qui, à ma connaissance, n'était arrivé qu'une fois dans l'histoire des Nations unies, à l'occasion d'un discours de Nelson Mandela.
Merci, car grâce à vos efforts en faveur de la guerre, pour la première fois, les nations arabes – en général divisées – ont unanimement condamné une invasion, lors de la rencontre du Caire, la dernière semaine de février.
Merci, car grâce à votre rhétorique affirmant que "l'ONU avait une chance de démontrer son importance", même les pays les plus réfractaires ont fini par prendre position contre une attaque de l'Irak.
Merci pour votre politique extérieure qui a conduit le ministre britannique des affaires étrangères, Jack Straw, à déclarer en plein XXIe siècle qu'"une guerre peut avoir des justifications morales" – et à perdre ainsi toute sa crédibilité.
Merci d'essayer de diviser une Europe qui lutte pour son unification ; cet avertissement ne sera pas ignoré.
Merci d'avoir réussi ce que peu de gens ont réussi en un siècle : rassembler des millions de personnes, sur tous les continents, qui se battent pour la même idée – bien que cette idée soit opposée à la vôtre.
Merci de nous faire de nouveau sentir que nos paroles, même si elles ne sont pas entendues, sont au moins prononcées. Cela nous donnera davantage de force dans l'avenir.
Merci de nous ignorer, de marginaliser tous ceux qui ont pris position contre votre décision, car l'avenir de la Terre appartient aux exclus.
Merci parce que, sans vous, nous n'aurions pas connu notre capacité de mobilisation. Peut-être ne servira-t-elle à rien aujourd'hui, mais elle sera certainement utile plus tard.
A présent que les tambours de la guerre semblent résonner de manière irréversible, je veux faire miens les mots qu'un roi européen adressa autrefois à un envahisseur : "Que pour vous la matinée soit belle, que le soleil brille sur les armures de vos soldats – car cet après-midi je vous mettrai en déroute."
Merci de nous permettre à tous, armée d'anonymes qui nous promenons dans les rues pour tenter d'arrêter un processus désormais en marche, de découvrir ce qu'est la sensation d'impuissance, d'apprendre à l'affronter et à la transformer.
Donc, profitez de votre matinée, et de ce qu'elle peut encore vous apporter de gloire.
Merci, car vous ne nous avez pas écoutés, et ne nous avez pas pris au sérieux. Sachez bien que nous, nous vous écoutons et que nous n'oublierons pas vos propos.
Merci, grand dirigeant George W. Bush.
Merci beaucoup.
Paulo Coelho est écrivain.
Traduit du portugais (Brésil) par Françoise Marchand Sauvagnargues
© Paulo Coelho





With Yahoo! Mail you can get a bigger mailbox -- choose a size that fits your needs



With Yahoo! Mail you can get a bigger mailbox -- choose a size that fits your needs