www.nettime.org
Nettime mailing list archives

Re: [Nettime-ro] mnac
Galeria Noua on Mon, 1 Nov 2004 12:31:13 +0100 (CET)


[Date Prev] [Date Next] [Thread Prev] [Thread Next] [Date Index] [Thread Index]

Re: [Nettime-ro] mnac


http://www.balkans.eu.org/article4720.html

LE COURRIER DES BALKANS
L'ouverture du Musée national d'art contemporain de Bucarest : la victoire
de la pensée libre sur le totalitarisme
PAR LAURE HINCKEL

Mise en ligne : mercredi 27 octobre 2004

L'Europe s'enrichit d'un musée national d'art contemporain : celui de
Bucarest. Il va s'ouvrir le 29 octobre dans le Palais du Parlement. L'
édifice à l'histoire dramatique est désormais un lieu d'effervescence
artistique - tout en étant l'objet de remises en question. L'événement est
salué sur tout le continent et les conservateurs des plus grands musées
européeens seront présents.

Le Musée national d'art contemporain de Bucarest ouvrira ses 8000 m2 d'
exposition vendredi 29 octobre 2004 à Bucarest. L'inauguration du MNAC, dans
le bâtiment du Palais du Parlement, connu aussi sous le nom officieux de «
palais du peuple » ou « palais de Ceausescu » représente l'aboutissement d'
une démarche volontairement provocatrice menée par les artistes et les
conservateurs à l'origine du projet. Le plus grand bâtiment du monde après
le Pentagone poursuit de cette manière une reconversion qui n'allait pas de
soi. Lieu toujours marqué par l'histoire totalitaire qui est la sienne, le
Palais, après avoir accueilli le Parlement roumain et un centre
international de conférences, devient aujourd'hui grâce au MNAC un espace
dédié à la dynamique des idées et au dialogue international des artistes
contemporains.

Mihai Oroveanu, directeur général, porteur du projet depuis plus de dix ans
et surtout amateur d'art très éclairé « souhaite que ce musée soit le
promoteur du dialogue, un espace vivant, malléable et polémique en même
temps, un ferment et pas seulement le lieu de constatations ». La directrice
scientifique du musée, Ruxandra Balaci, également vouée corps et âme à cet
objectif essentiel pour la culture européenne, voit le musée comme « un
ouvrage évolutif, un lieu animé par un réseau intellectuel au sein duquel l'
Est et l'Ouest sont des partenaires, au moins au plan des idées : un
laboratoire ouvert à la recherche dans le domaine du visuel ».

Il fallait beaucoup d'opiniâtreté et de talent pour parvenir à l'
inauguration de ce musée : les négociations ont été difficiles avec l'
architecte du Palais, les travaux gigantesques. Seuls une vision de départ
très claire ainsi que le sentiment d'une nécessité absolue, auront permis à
ses initiateurs d'abattre un à un tous les obstacles. Il n'aura pourtant
fallu que deux ans pour que le musée soit prêt. C'est en 2002 que le
gouvernement a finalement décidé sa création, dans le bâtiment du Palais.

Le musée d'art contemporain de Bucarest arrive sur la scène européenne sous
les auspices de personnalités éminentes regroupées dans un conseil
consultatif dont le rôle de soutien moral est capital aux yeux de Ruxandra
Balaci et Mihai Oroveanu : Ami Barak - conservateur, Président IKT
(International Association of Curators of Contemporary Art), René Block -
Directeur de la Kunsthalle Fridericianum de Kassel, Nicolas Bourriaud -
Co-Directeur du Palais de Tokyo à Paris, Heiner Holtappels - Directeur du
Royal Netherlands Media Art Institute - Montevideo Time Based Arts à
Amsterdam, Anders Kreuger - conservateur independant, ex- directeur du
Nordic Institute for Contemporary Art de Stockholm, Enrico Lunghi -
Directeur du Casino Luxembourg, Forum d'Art Contemporain à Luxembourg et
Catherine Millet - Directrice d'Artpress.

Parmi les premières expositions, Stock Zero réunit des artistes de premier
plan de la scène parisienne qui analysent les relations actuelles entre le
capital, le fonctionnement de l'art et le pouvoir politique. (Boris Achour,
Mircea Cantor, Plamen Dejanoff, Kendell Geers, Bertrand Lavier et Franck
Scurti).

Les conservateurs et les artistes se demandent aussi (c'est le titre de leur
travail) : "Les artistes roumains (et pas seulement) aiment-ils le Palais de
Ceausescu ?". Une trentaine d'artistes ont apporté leur vision d'un lieu qui
ne fait que générer métaphores, mythes et réactions de toutes sortes. Quoi
de plus normal que les artistes en soient aussi les caisses de résonnance et
les transfigurateurs ? Le visiteur sera convié à un dialogue sur la
condition post-communiste et sur le destin d'un édifice en cours d'
exorcisation.

© Tous droits réservés LE COURRIER DES BALKANS
© Le Courrier des Balkans pour la traduction

--------------------------------
http://www.flashartonline.com/
Museums: Bucharest opens grandiose National Museum of Contemporary Art from
Breaking News

Today, Friday, October 29, the MNAC (the National Museum of Contemporary
Art) opens in Wing E4 of the Palace of the Parliament in Bucharest. The
museum aims to provide the local art community with a necessary platform for
new ideas, free communication, and a dialogue with international
contemporary art.

The Palace of the Parliament, known also as the House of the People, has
particular significance in Romania's Communist history. Built by dictator
Nicolae Ceausescu as part of a redevelopment project, it is a strong symbol
of the city's traumatic past.

In its fully renovated and modernized building, the museum opens with five
new exhibitions. The first of them, curated by Ruxandra Balaci (artistic
director of MNAC), is entitled "Romanian artists (and not only) love the
Palace?!" Through the work of around 25 artists, it aims to encourage
dialogue on the country's post-Communist condition.

Another exhibition is "Caméra," a collaboration between the video artists
Wong Jian Wei and Yang Fudong and the architect Yung Ho Chang, curated by
Hans Ulrich Obrist and Vivian Rehberg. The show is a reflection of current
art practices in China.

"Stock Zero - opera" the third exhibition, follows the complex relationships
between capital and political power. Nicolas Bourriaud, curator of the
exhibition asks, "Under what slogan could images parade today? What is their
role in the construction of the narrative of 'reality'?"

Curated by Mihnea Mircan (who alongside Raluca Velisar is responsible for
the curatorial and research deparment of the museum), "Under Destruction #1"
addresses the architecture of the House of the People / Palace of the
Parliament.

And finally "A Conversation from the '60s," curated by Mihai Oroveanu
(general director of MNAC), unites two Romanian artists, Horia Bernea and
Paul Neagu, who isolate works from the '60s and '70s that question artistic
freedom in the country's Socialist history.

The collectors Ute and Michael Berger from Wiesbaden will allocate the 6,000
euro George Maciunas Prize, which will be presented during the opening
weekend celebrations (October 30) and will be given to the Romanian artist
Dan Perjovschi. Another prize ceremony will be the new Maciunas Prize for
Promotion, presented to Nevin Aladag, a young artist living in Berlin.
www.mnac.ro

----- Original Message ----- 
From: "vladimir bulat" <vbulat {AT} k.ro>
To: <nettime-ro {AT} nettime.org>
Sent: Sunday, October 31, 2004 11:42 PM
Subject: [Nettime-ro] mnac

> pai, sa povesteasca cei care au fost la fata locului, in seara zilei de
> 29.10, ca cica au fost multi-multi!
>
> cel putin TVR Cultural nu s-a obosit sa dea nimic in acea emisiune de
stiri
> culturale. de ce, oare?
> same,
> v.


_______________________________________________
Nettime-ro mailing list
Nettime-ro {AT} nettime.org
http://amsterdam.nettime.org/cgi-bin/mailman/listinfo/nettime-ro
-->
arhiva: http://amsterdam.nettime.org/